AFFICHAGE DES HONORAIRES ET RECOURS CONSEIL D’ETAT OU EN SOMMES NOUS ?

Un recours à été déposé en Février 2017 devant le Conseil d’Etat contre l’arrêté du 10 janvier 2017 obligeant les annonces immobilières à indiquer le montant des honoraires quand ils sont à la charge de l’acquéreur. Ils ont décidé d’attaquer en justice cet arrêté, Mr Yves Hottot agent immobilier se pose la question: où en sommes-nous ?

L’affichage des honoraires sur les annonces : une colère des professionnels qui monte après l’entrée en vigueur !
Mr Hottot, vous remettez en cause la question des honoraires?
Non, la FNAIM ou le SNPI auquel nous sommes adhérents ne remet pas en question la volonté des pouvoirs publics de « transparence sur les honoraires » tout comme moi.Il s’agit surtout de dénoncer l’excès d’informations obligatoires sur les annonces et l’inéquitabilité de la disposition, notamment par rapport aux plates-formes collaboratives et de partage.
Depuis le 1er avril, les agents immobiliers ont l’obligation d’afficher clairement leurs honoraires sur les annonces immobilières. Cette disposition de la loi Alur, censée réglementer l’affichage des prix, passe mal chez certains professionnels de l’immobilier. Plusieurs syndicats : SNPI, UNIS et FNAIM ont déposé un recours devant le conseil d’État, tous unis avec Jean François Buet qui continue son combat.
« Sur le fond, personne ne critique cette volonté de rendre l’affichage des honoraires plus transparent »commente Jean-François Buet sur FACEBOOK, le Président de la Fnaim, mais selon lui, ces détails rendront les annonces illisibles et je suis d’accord avec lui.
Les professionnels de l’immobilier ne l’avaient pas caché lors de sa publication. L’arrêté du 10 janvier obligeant les agences immobilières à afficher le prix des biens en vente en détaillant le niveau des honoraires quand ils sont à la charge des acquéreurs n’est pas de leur goût. Une grogne qui ne va pas en rester là.

 

UN DEFAVORITISME ENVERS LES AGENTS IMMOBILIERS

Pour retoquer cet arrêté, il y a deux arguments. D’abord, les agents immobiliers estiment qu’il est inéquitable car ces nouvelles obligations s’imposeront aux agents immobiliers mais pas aux notaires et aux huissiers de justice qui font aussi des transactions immobilières. «Nous ne comprenons pas ce qui justifie cette différence de traitement», explique Jean-François Buet. Autre élément: les professionnels estiment que l’arrêté ne respecte pas la loi Alur et va largement au delà de ce qui était écrit dans ce texte. Désormais, c’est aux juges de la place du Palais Royal de dire s’ils partagent cette analyse.

SUR LES RESEAUX LE TON MONTE

Jean Pierre Fetis: Pourquoi les législateurs qui votent les lois n’affichent pas leurs indemnités sur les affiches électorales ainsi que leurs indemnités européennes et éventuellement le salaire fonction publique pour un emploi qu’ils n’occupent plus comme les anciens profs, du ministère des finances exemple la maire de Paris à l’inspection du travail.

Olivier Zateug: Personnellement ça ne me gêne pas mais dans ce cas je demande à ce que soit affiché sur TOUT ce qu’on achète, la marge prise par le vendeur (vêtements, chaussures, etc…) et quid des mandataires qui n’ont pas de vitrine? Des notaires qui n’ont pas non plus de vitrine?

 

UNE GROSSE DESINFORMATION AUSSI POUR LE CONSOMMATEUR

Je vous laisse imaginer la tête des futurs acquéreurs lorsqu’ils vont contacter nos agents de 4 pièces et plus ou de Hotim, et le malaise que cela va produire pour nos vendeurs :
« Bonjour Monsieur je vous appelle pour la maison à 400 000 euros, car je l’ai vu chez un confrère à 425000 euros, comme vous êtes le moins cher c’est vous que je contacte! »
En effet, mon confrère affiche un prix à 425000 euros honoraires charge acquéreur, et mon agent chez 4 pièces et plus est à 400 000 € charge vendeur. (la loi stipule que les honoraires ne sont pas ajoutés quand nous sommes charge vendeur on affiche uniquement le net vendeur).
C’est vraiment illogique, car toute annonce qui passe par un professionnel comporte des honoraires, pourquoi simplement ne pas afficher ce que va réellement coûter le bien ! Car quelle que ce soit la formule, les personnes qui vendent une maison regardent ce qu’il leur reste dans la poche !
C’est à dire le net vendeur qu’ils encaissent pour leur bien immobilier !
Le plus équitable serait d’afficher le prix final payé par la personne qui achète car en réalité si le vendeur paie les honoraires de l’agence ce n’est pas gratuit pour l’acheteur !

 

CONCLUSION AU 01 AVRIL SUR LES AFFICHAGES

La loi ne semble pas appliquée, cela ressemble énormément à un attentisme des professionnels convaincus que les fédérations vont probablement obtenir gain de cause, et forcément une logique qui en découle, revenir à des fondamentaux logique  … à suivre …

A PROPOS DE YVES HOTTOT

Yves HOTTOT est un entrepreneur qui travaille depuis 1987 dans la vente de biens immobiliers, il a crée plusieurs agences sur Paris et Nice avec 4 pièces et plus et Hotim.
Véritable professionnel dans son industrie il décide de réaliser une étude de marché afin de comprendre les motivations des agents commerciaux.

Cette réflexion lui permet de comprendre grâce à la mise en place d’ agents mandataires indépendants dans ses agences le comportement de l’agent plus autonome, plus impliqué et plus performant face à ses responsabilités.
Les atouts nécessaires sont réunis pour construire un projet réaliste répondant aux attentes des professionnels. HOTIM immobilier est le précurseur de l’agence immobilière à domicile.
L’Agent Immobilier Franchisé ou l’Agent mandataire dépend de la tête du réseau. HOTIM immobilier s’oriente vers une suppression du local commercial afin de pratiquer des taux de commissions inférieurs à la concurrence sans pour autant réduire la rentabilité de l’activité mais au contraire de rémunérer l’Agent Mandataire à un taux exceptionnel. Le Réseau National de Négociateurs Immobiliers à domicile HOTIM vous reverse 80 à 96 % et + de commission sur votre CA, réseau et management – www.hotim.fr – www.4piecesetplus.fr

immobilier-honoraires-conseil-etat